L’Art-Thérapie

Ma Pratique

La formation en art-thérapie que j’ai reçue, d’origine canadienne, s’inspire des courants théoriques humanistes et gestaltistes ainsi que de la psychanalyse jungienne.

Mon accompagnement thérapeutique prend ainsi en compte les différentes dimensions de l’être : psychique, physique, émotionnelle, sociale et spirituelle.

L’art-thérapie s’appuie à la fois sur le processus créatif, c’est-à-dire la manière dont la personne va réaliser une image, et sur la dimension métaphorique de l’image.

L’image produite, qu’elle soit en peinture, dessin, argile, collage, assemblage, … est utilisée comme un support de projections de son monde intérieur. Ainsi, la recherche esthétique inhérente en général à la démarche artistique est moins importante en art-thérapie que le langage métaphorique et symbolique de l’image qui raconte l’expérience, les émotions, les conflits, les besoins, les aspirations, … de la personne qui l’a créée.

En fonction du contexte, de l’âge, du vécu, des capacités et ressources du patient, la prise en charge thérapeutique varie.

S’il s’agit par exemple de renforcer l’estime de soi pour des personnes en difficultés psychiques ayant une capacité à verbaliser limitée et/ou fragile, l’art-thérapeute s’appuiera plutôt sur le pouvoir thérapeutique de l’art en soi pour initier un mouvement intérieur (principe de consolidation du Moi). L’expression spontanée sera alors privilégiée, avec ou sans  stimulation de départ (proposition d’un thème comme par exemple travailler sur un paysage intérieur ressourçant ou sur son ressenti dans l’instant présent) et la créativité encouragée.

Le simple fait de créer, de faire avec ses mains, de s’abandonner au plaisir de la matière, des couleurs et du silence, peut suffire au patient pour s’apaiser, contacter un mieux-être ou un soulagement, et retrouver le fil d’Ariane perdu avec lui-même, son intériorité et ses émotions. Alors, les mots ne sont plus nécessaires. Le pouvoir guérisseur de l’art fait son œuvre …

S’il s’agit d’une personne en consultation individuelle qui traverse une période de vie difficile (deuil, accident, difficulté relationnelle, état dépressif, angoisses …), les propositions seront davantage psychothérapeutiques et reliées au principe de la remise en cause du Moi.

Après avoir posé des mots sur ses préoccupations et ses ressentis, et défini ensemble une piste pertinente à explorer (la problématique, l’émotion reliée à la situation, une sensation corporelle particulièrement vive, …), le patient est invité à la mettre en images avec le ou les médium(s) de son choix. Ainsi, il passe des mots à la représentation : il donne forme, couleur, volume et matière à ce qui l’habite dans l’instant présent.

Un dialogue peut alors s’établir entre le patient et l’image, support des projections de son monde intime.

Et de cette représentation sensible, apparaissent de nouveaux contenus psychiques et émotionnels, des messages et des prises de conscience qui peuvent amener le patient à faire évoluer cette première image ou à en produire de nouvelles. Ainsi chemine le patient, entre images, mots, sensations, émotions, révélations, transformations.

L’art-thérapeute aide également à faire des ponts entre la dimension métaphorique exprimée dans les images et la réalité du patient pour poser des actes concrets et faire en sorte que s’incarnent en lui et dans sa vie quotidienne les messages et les changements conscientisés dans les images.

Mes Outils

Les Arts Plastiques

• La peinture
Le dessin (crayons, pastels, fusains, encres, aquarelles…)
• Le collage
• Les techniques mixtes
• Le mandala
• Le modelage en argile
• Les créations en 3D : sculpture, assemblage, masque, marionnette…

L’écriture spontanée

Les techniques de centration,
relaxation et visualisation

Photographie de matériel de peinture, Céline Turc art-thérapeute à Angers

Le jeu du sable

Le Principe

S’il s’agit d’une personne en consultation individuelle qui traverse une période de vie difficile (deuil, accident, difficulté relationnelle, état dépressif, angoisses …), les propositions seront davantage psychothérapeutiques et reliées au principe de la remise en cause du Moi.

Après avoir posé des mots sur ses préoccupations et ses ressentis, et défini ensemble une piste pertinente à explorer (la problématique, l’émotion reliée à la situation, une sensation corporelle particulièrement vive, …), le patient est invité à la mettre en images avec le ou les médium(s) de son choix. Ainsi, il passe des mots à la représentation : il donne forme, couleur, volume et matière à ce qui l’habite dans l’instant présent.

Un dialogue peut alors s’établir entre le patient et l’image, support des projections de son monde intime.

Et de cette représentation sensible, apparaissent de nouveaux contenus psychiques et émotionnels, des messages et des prises de conscience qui peuvent amener le patient à faire évoluer cette première image ou à en produire de nouvelles. Ainsi chemine le patient, entre images, mots, sensations, émotions, révélations, transformations.

L’art-thérapeute aide également à faire des ponts entre la dimension métaphorique exprimée dans les images et la réalité du patient pour poser des actes concrets et faire en sorte que s’incarnent en lui et dans sa vie quotidienne les messages et les changements conscientisés dans les images.

Le Choix

C’est la valeur symbolique que va prêter le patient à la figurine qui compte. Ainsi, une même figurine peut être choisie par différentes personnes pour évoquer des contenus psychiques très différents.

Le choix des figurines se fait de manière intuitive et rationnelle à la fois. Parfois, le patient sait exactement ce qu’il veut (ex : un cheval pour symboliser la force et la vitesse). D’autres fois, il cherche ce qui pourrait exprimer le mieux un aspect bien particulier (ex : quelque chose qui évoque la fragilité et la préciosité. La figurine choisie pourra alors être un coquillage, une perle, un bébé, une fleur, un petit flacon de parfum…).

Il arrive également que le choix se fasse ‘au hasard’, comme si c’était plutôt la figurine qui avait choisie le patient et non l’inverse. Le patient peut dire alors qu’il ne sait pas pourquoi il a été attiré par cette figurine, mais bien souvent il y trouvera toute la pertinence et la justesse lorsqu’il explorera la scène qu’il a créée.

Exemples

Avec le Jeu de Sable, il est possible de représenter :

  • les différentes facettes d’une même personne
  • les relations entre différentes personnes (la famille, les collègues de travail, le couple, les amis, …)
  • des polarités (introverti/extraverti, douceur/dureté, féminin/masculin …. )
  • des perceptions/ressentis/émotions (comme les peurs, contradictions, qualités, …)
  • ce que l’on souhaite mettre en place dans un futur proche
  • et beaucoup d’autres situations

Origines

Le Jeu de sable (Sandplay Therapy) est encore peu connue en France. Il trouve ses sources chez Magaret Lowenfeld, pédopsychiatre britannique (1890-1973) qui élabora une nouvelle approche thérapeutique pour les enfants : le Jeu du Monde ou Magic Box. Dora Maria Kalff (1904-1990), analyste et thérapeute d’enfants, enrichira cette technique en intégrant les concepts psychanalytiques jungiens et inventera ‘la thérapie par le Jeu de sable’.

Aujourd’hui, la pratique thérapeutique du Jeu de sable s’est élargie aux adultes et aux groupes.

Téléphone

06 45 06 81 61

Adresse

] L’INTERVALLE [
5 rue des Roseraies
49000 Angers

E-mail

celineturc.art.therapie@gmail.com